Des lampes UVC 144/300 pour désinfecter les cabinets des dentistes

Santé
Description

Comme les médecins ou les sages-femmes, ainsi que les professions paramédicales, les 10.000 dentistes officiant en Belgique et leurs patients sont exposés plus que d’autres aux risques de contamination par la COVID-19. 

Le dentiste occupe en outre une position particulière, car les appareils dentaires tels que les turbines et les détartreurs à ultrason provoquent des aérosols. Ce qui implique que le cabinet puisse être potentiellement infecté à chaque intervention. 

Un risque qui contraint les praticiens à désinfecter leur cabinet dentaire (murs, sol, plafond et équipements) après chaque intervention.

Une intervention manuelle qui dure tout de même entre 20 et 30 minutes. Il devait sans doute exister une solution plus rapide tout en restant extrêmement efficace.

L’innovation présentée

André Buol et Yves Bareel se connaissent depuis plusieurs années. Le second a repris en 2015 les activités de l’entreprise d’usinage du premier, PTS, et ils sont restés en contact. 

L’épouse du cédant est dentiste et avait entendu parler de solutions offertes par les technologies UV-C. Les rayons UV-C détruisent en effet tous les micro-organismes sur 360° tels que bactéries, virus et autres agents pathogènes. 

Dans le courant du mois d’avril, les deux hommes ont décidé de relever le défi. Objectifs : développer une lampe mobile germicide à rayonnement UV-C à un prix avantageux qui puisse offrir une solution rapide et efficace de désinfection. 

En moins de six mois, ils ont développé une lampe UVC144 et UVC300, un dispositif entièrement fabriqué à Sprimont en région liégeoise, à l’exception des pièces électroniques. Existant en deux versions (144 et 300 watts), il désinfecte le cabinet sans besoin d’aération du local. La réflexion des rayons UVC sur les murs, sol et plafond permet également d’atteindre les zones cachées et inaccessibles aux liquides de désinfection traditionnels. 

Pour être neutralisés, les virus doivent être exposés à une quantité suffisante d’énergie par unité de surface. La puissance de la lampe a donc été choisie en fonction de la surface à traiter et un temps d’exposition a été calculé. La lampe UVC 300 watts réalise une décontamination à 99,99% après un temps d’exposition de 5 minutes.

Pour être certain du résultat, des dosimètres UVC placés à différents endroits de la pièce se colorent en ocre-orange lorsqu’une quantité suffisante d’énergie par unité de surface a été reçue à l’endroit du dosimètre (+/- 20mJ/cm²). 

Pour assurer la sécurité des utilisateurs, le local doit être vidé des ses occupants durant les quelques minutes que durent les opérations. En outre, l’appareil est équipé d’un retardateur, de 4 détecteurs de mouvement, d’une balise clignotante et sonore ainsi que d’une télécommande. Il est mobile et équipé de roulettes «confort».

Les 4 tubes UVC sont protégés par des barres en inox empêchant tout contact maladroit sur les tubes. Deux poignées en inox positionnées sur la structure centrale de la lampe permettent un déplacement souple et très stable en toute sécurité.

Le produit sera proposé à la vente en septembre pour un prix variant entre 2.400 et 2.600 Eur HTVA selon la puissance (144 ou 300W).