Un isolant biosourcé à base d’herbe naturelle

Construction
Description

En Wallonie, de l’herbe, on en trouve partout. Dans vos jardins, chez nos agriculteurs, dans les prairies, dans nos parcs, le long de nos routes… Et la récolte est abondante : pour vous en donner une idée, une zone de 100 mètres carrés, soit un are, en jachère produit, permet à la première tonte de récupérer 30 kg d’herbes coupées. Et plus encore lors des tontes suivantes : entre 60 et 110 kg de tonte par an, sinon plus. Une vraie petite montagne de « déchet vert » à utiliser !

L’innovation proposée

Christian Roggeman, CEO de Gramitherm, a racheté à un ingénieur agronome suisse le brevet d’une invention mise au point il y a 12 ans : un procédé permettant de transformer l’herbe en isolant pour les toitures, les murs et les sols. 

Le panneau d’herbe est réalisé de la manière suivante : dans un premier temps, le procédé de fabrication sépare la partie sèche de l’herbe (la fibre) de sa partie humide (le liquide). Cette dernière – le « jus de l’herbe » - est recueillie et stockée dans une unité de biométhanisation. Celle-ci fournit le biogaz nécessaire pour sécher et traiter la fibre.

Composés à 70% de fibres d’herbes séchées, auquel on ajoute des fibres de jute (provenant de sacs de cacao recyclés) et 8% de fibres polyester bicomposantes (bico) qui servira de liant. Le mélange, compacté et thermoformé, est ensuite découpé en panneaux isolants de 45 à 240 mm d’épaisseur. 

Cela fait dix ans que ces panneaux sont utilisés en Suisse. Avec d’excellents résultats : 

  • contre le froid sa valeur lambda (0,040) est comparable à celle de la laine de verre, 
  • contre le chaud, elle présente un temps de déphasage de 11h en épaisseur de 200 mm
  • contre l’humidité, elle la régule en absorbant l’excédent, comme le font d’ailleurs d’autres matériaux biosourcés, et en rejetant cette humidité en ambiance sèche, sans détérioration aucune de la fibre et de l’efficacité thermique

Les panneaux Gramitherm bénéficient d’un Agrément Technique Européen, sont traités au retardeur d’inflammabilité, ne dégagent pas de fumées toxiques, résistent aux champignons, n’attirent pas les rongeurs, ne provoquent pas d’allergie et présentent une bonne tenue sur la durée.

Facilement recyclables, ils sont conçus pour une durée de vie de 50 ans. Leur bilan carbone (piégeage de 1,5 kg de CO2-eq par kg de produit) est évidemment excellent, d’autant que l’usine d’Auvelais, qui est capable de produire +/- 150.000 m3 de panneaux par an, se trouve dans un rayon de 400 kilomètres de ses principaux clients.

Une solution qui vient d’obtenir le label “Solar Impulse Efficient solution “.