Un piège innovant pour capturer les cafards

Vie quotidienne
Description

Les cafards (ou blattes) sont parmi les plus grands insectes qui vivent dans les habitations. Ils souillent les aliments avec leurs excréments et les contaminent avec des bactéries (par exemple, des Salmonella et des Escherichia), des moisissures…, qu’ils transportent sur le corps. Ils répandent une odeur nauséabonde sur la nourriture. 

Les cafards sont une vraie catastrophe pour les personnes envahies. Et les éliminer est un rude parcours du combattant. Ils sont résistants à beaucoup d’insecticides et peuvent réenvahir les maisons, les appartements à partir des poubelles ou d’autres logements. 

Actuellement, les solutions présentes sur le marché se limitent aux insecticides, toxiques pour l’utilisateur, pour son entourage et qui provoquent l’apparition de résistance chez les insectes et les pièges à insectes, jusqu’alors assez inefficaces.

Car, dans ces pièges, la glu destinée à capturer les insectes est étalée sur le sol. Les cafards la repèrent via leurs pattes ou leurs antennes et ce contact est répulsif. La majorité des cafards fuient donc cette surface collante. De plus, les cafards sont des animaux costauds. Pris de panique par la lumière ou les bruits, les quelques insectes qui entrent dans le piège parviennent souvent à s’en échapper en abandonnant une patte ou deux. Or, même avec 4 pattes, les cafards restent susceptibles de contaminer notre nourriture ou pondre des œufs.

L’innovation proposée

Cela fait 16 ans qu’Anne-Catherine Mailleux, biologiste, s’acharne à comprendre ce qui fait bouger les insectes ou les acariens. 

L’architecture spécifique du piège développé par son entreprise empêche les cafards de repérer la glue répulsive. C’est un piège avec un rez-de-chaussée et un premier étage. L'insecte entre dans le piège qui ressemble à un abri. Il grimpe au premier étage et ensuite descend au rez-de-chaussée par un orifice central. 

Cette architecture l'oblige à un petit exercice de gymnastique qui l'empêche de repérer la colle qui se trouve au plafond du rez-de-chaussée. Et il termine encollé par le dos. Impossible de s'échapper ou d'abandonner une patte. Être encollé par le dos l’immobilise définitivement.

Lorsqu’il est englué, il ne stresse pas car il se sent à l’abri dans ce petit refuge. Au contraire, il appelle les autres cafards avec des messages chimiques, des odeurs spécifiques et attractives pour ses congénères.  Plus il y a des cafards capturés dans le piège, plus il y aura de messages chimiques envoyés et plus le piège deviendra attractif. 

Ce type de piégeage et encollage par le dos fonctionne également avec d’autres insectes nuisibles comme les punaises, les fourmis, les asticots ainsi que les araignées.