Une machine de décontamination de masques

Environnement
Description

Ce début 2020 a été marqué par la crise sanitaire mondiale du Covid19. Les autorités belges ont dû rapidement trouver des solutions au manque de masques.

L'une des solutions envisagée par le Gouvernement wallon a été de décontaminer les masques chirurgicaux et FFP2. La société Amb Ecosteryl a été sélectionnée pour réfléchir à des solutions.

L'innovation proposée

AMB Ecosteryl, leader dans le traitement des déchets médicaux infectieux avec ses machines pouvant traiter (broyer et décontaminer) jusque 250kg/heure de déchets dits B2, est habituée aux cas de crise sanitaire.

Sa solution de décontamination par chaleur sèche (via micro-ondes) fonctionne depuis près de 20 ans et a déjà été exportée dans près de 60 pays dans le monde.

Mais il fallait adapter cette solution. En effet, les masques devaient pouvoir être réutilisés et non broyés. La machine devait être facilement transportable, plaçable et facile d'usage. 

C'est ainsi que la société a proposé en un mois sa solution "M-steryl". Une machine, ressemblant à un caisson de stérilisation, capable de décontaminer jusque 2100 masques chirurgicaux ou 1400 masques FFP2 par jour.

Les masques sont insérés dans des boites métalliques personnalisées et subissent un cycle de plus d'une heure à une certaine température.

Ils ressortent décontaminés du Covid19 mais aussi de tout virus ou bactérie. Tout en gardant leurs capacités de filtration et de respirabilité.

La technique d'AMB Ecosteryl a été soumise à de nombreux tests belges et internationaux et a fait l'objet d'une étude de l'OMS.

En juin 2020, la machine est installée en essai auprès d'un hôpital et d'une maison de repos de la région de Mons.

Cette solution, en plus d'être environnementale car elle permet de réutiliser trois fois un même masque, est aussi économique. Les calculs montrent qu'en moins d'un mois (en cas d'usage intensif, en moins d'une semaine), la machine est rentabilisée.