Une mousse isolante incombustible issue des déchets minéraux

Construction
Description

Comme l'ont montré de récentes catastrophes, la tenue des produits isolants au feu est une question essentielle en matière de sécurité qui n'est satisfaite ni par les matériaux issus du pétrole (polystyrène, polyuréthanne, polyisocyanurate) ni par les matériaux biosourcés (chanvre, laine de bois, herbe, cellulose). 

Seules les laines minérales (verre ou roche) apportent ce caractère incombustible. Toutefois, elles ne sont que difficilement recyclables, et elles requièrent beaucoup d'énergie lors de leur fabrication, ce qui les rend peu vertueuses en matière de développement durable.

L’innovation présentée

Les mousses IPSIIS, elles, sont issues de l'économie circulaire. Elles permettent de "sur-cycler" certains déchets minéraux (schiste, calcaire, aluminosilicate) qui n'étaient jusqu'ici que faiblement valorisées, terminant généralement comme remblai. 

Depuis 2014, les ingénieurs d’IPSIIS usent de ces poudres inertes issues de la récupération comme matière première pour fabriquer des mousses isolantes réfractaires à faible contenu énergétique 

Pour y arriver, l’équipe mélange en phase aqueuse ces poudres minérales issues ou non de la récupération avec des agents texturants, ainsi que des agents de cémentation d’origine minérale pour obtenir un comportement ‘slurry’ satisfaisant. 

Grâce à une formulation adéquate fruit de longues recherches, une crème, non évolutive (sans prise hydraulique), est alors obtenue et ensuite brassée et aérée mécaniquement afin d'obtenir une mousse humide, isolante et légère :

•    de l’ordre de 300 kg/m3 pour des applications industrielles;
•    et de 120 kg/m3 pour les applications bâtiment. 

Cette mousse durcit ensuite par séchage à température ambiante. Après avoir cuit à haute température, la mousse céramisée est découpée en blocs.

Gros avantage, en cas d’incendie, les blocs peuvent supporter des températures au-delà de 1200 degrés sans se déstructurer et sans dégager d’émanation toxique ou de particules potentiellement cancérigènes.  

L’usine de production se situe en région wallonne dans le Hainaut et sera opérationnelle à partir de décembre 2020.

Cette innovation a fait l'objet de deux brevets. Elle a été labellisée en 2018 par la fondation Solar Impulse et en 2020 par la commission européenne de l'innovation.

Son empreinte carbone est faible.

Ces mousses trouvent des applications dans les marchés du réfractaire, de l’isolation haute température et de la protection passive contre l'incendie.